Diagnostic à l'échelle régionale

L'Insee et la DREAL Bourgogne-Franche-Comté ont mené une étude en 2020 intitulée "Risque d’inondation par débordement de cours d’eau en Bourgogne-Franche-Comté : le risque sur l’appareil productif est deux fois plus élevé que celui sur la population".

La région Bourgogne-Franche-Comté, sillonnée par de nombreux cours d’eau, est exposée au risque d’inondation. La zone de débordement de ses cours d’eau quadrille tout le territoire, si bien que la quasi-totalité des intercommunalités de la région sont concernées. Au coeur de la région, au confluent du Doubs et de la Saône, la zone à risque est très étendue et recouvre plus du tiers de la surface de plusieurs intercommunalités. En cas de crue, 8 % de la population régionale et 16 % de l’emploi salarié seraient directement menacés. Les personnes âgées ou vivant sous le seuil de pauvreté, proportionnellement plus nombreuses au sein des zones à risques que dans les zones épargnées par les crues, requièrent la plus grande vigilance, tout comme les 20 500 écoliers exposés au risque d’inondation dans leur école. Par ailleurs, l’appareil productif largement implanté près des cours d’eau rassemble environ 90 000 emplois. Au sein de la région, le degré d’exposition et la nature du risque diffèrent selon les territoires.

Sept grandes villes font l'objet d'un suivi spécifique car elles concentrent une part importante de la population et de l'appareil productif potentiellement menacés. Mais le risque existe aussi en dehors de ces grands pôles, dans d'autres villes comme Besançon ou Sens, où le nombre de personnes et d'emplois exposés, même si il est moindre, reste élevé. Dans certains pôles d'emploi locaux comme Joigny ou Gray, les emplois et l'appareil productif tournés vers l'industrie sont plus particulièrement menacés.

Sources, méthodes, définitions

La zone inondable étudiée est la crue de référence qui correspond à la plus forte crue connue, ou la crue centennale si celle-ci est supérieure. La cartographie des zones inondables est issue des Plans de prévention des risques d’inondation (PPRi) et des Atlas des zones inondables (AZI) dont dispose la DREAL. Elle a été croisée avec plusieurs bases de données statistiques géolocalisées, telle que Fideli pour les estimations de population, Sirene pour les estimations d’emploi, Majic pour l’évolution du bâti.
Typologie des intercommunalités : le niveau de risque, faible, moyen ou élevé a été calculé sur le champ des intercommunalités, déduction faite des communes faisant partie d’un Territoire à risque important (TRI). Le score de chaque EPCI a été calculé en prenant en compte les effectifs et les parts de la population au lieu de résidence, des élèves au lieu de scolarisation et des emplois au lieu de travail.

Résultats

Les résultats de l'étude sont communiqués sous 2 formes :

Les indicateurs sont diffusés sur l'outil statisque de la DREAL BFC : ASTER'X. Cet outil permet de visualiser les indicateurs sous forme de cartes, graphiques et tableaux. L'internaute a la possibilité de télécharger les données. Exemples d'indicateurs disponibles : le nombre et la part de personnes résidant en zone inondable (avec répartition par classes d'âges), le nombre d'élèves du primaire et du secondaire scolarisés dans un établissement situé en zone inondable, le nombre et la part des emplois salariés, le nombre de logement sans étage refuge, etc.

Pour l'instant, les indicateurs sont diffusés à l'échelle des intercommunalités. La diffusion des données à l'échelle des communes, voir infra-communale, ne permet pas de respecter la législation portant sur le secret statistique.

Informations de la publication

Publié le 10/11/2020

Dernière mise à jour le 07/12/2020